« Le sport en général et le football amateur en particulier sont de formidables vecteurs d’émancipation personnelle et de structuration collective » (J. Sandjak, Ligue de Paris Ile-de-France de Football)

ENFANT DU FOOTBALL ET DE LA REPUBLIQUE J.SANDJAK REJOINT LE PRESIDENT LE GRAET

Enfant du Football et de la République, j’ai puisé dans les valeurs du sport et du modèle associatif et politique républicain les outils qui m’ont permis de construire ma trajectoire d’homme. Le football amateur m’a fait, les principes républicains m’ont guidé.

Cette double filiation, dès mes premiers engagements dans le football amateur, il y a 40 ans, ont forgé en moi une certitude jamais démentie : le sport en général, et le football amateur en particulier, sont de formidables vecteurs d’émancipation personnelle et de structuration collective, d’irremplaçables outils d’harmonie et de citoyenneté et de puissants leviers d’insertion sociaux éducatifs.

Je n’ai cessé de promouvoir la reconnaissance du football amateur Fort de cette certitude, je n’ai cessé, aussi bien en tant que joueur, entraîneur, puis dirigeant de promouvoir la reconnaissance du football amateur, en invitant tous les acteurs et décideurs sportifs et politiques locaux, régionaux et nationaux à s’appuyer sur cet inestimable outil et à lui donner le statut et le moyen de servir mieux encore le projet collectif national, projet collectif chaque jour plus fragilisé par la convergence de fractures politiques, sociales, économiques et sanitaires.

Le combat d’une vie Les faits sont là et l’accumulation de ces dangers me donnent raison, il faut plus et mieux utiliser et s’appuyer sur le sport et le football amateur pour protéger et construire notre projet national. Ce combat, celui d’une vie, ce combat qui rassemble et qui sert le collectif, je l’ai mené en dirigeant mon club, puis le District 93 et enfin la Ligue de Paris IDF.

« Je n’en fais pas une question de personne, mais une question de fond »

J’ai fait bouger les lignes et promu l’intérêt collectif A chacune de ces étapes, accompagné d’une équipe, j’ai fait bouger les lignes, j’ai promu l’intérêt collectif et je l’ai mis au service de tous. J’ai lissé les oppositions entre les clubs et les pratiques, j’ai créé des passerelles avec les acteurs politiques, j’ai pris des initiatives et lancé des chantiers structurants pour le présent et l’avenir. C’est ma vision, mon projet autant que mon combat. Ce que j’ai fait à l’échelon local, puis départemental et enfin régional, je suis prêt à le porter à l’échelon national.

Jamel Sandjak, président de la Ligue de Paris Ile-de-France de Football – © D.R.J’ai déjà contribué à porter ce combat à l’échelon Fédéral. Une première fois avec l’équipe qui soutenait l’élection du président sortant Fernand Duchaussoy en 2011 (élections du 18/06/2011). Une seconde fois avec mon soutien au projet conduit par Jacques Rousselot en 2016 (élections du 18/03/2017).

Aujourd’hui, fidèle à ma conviction, en suivant le fil conducteur de mon combat, j’ai décidé de soutenir et participer au projet fédéral de l’équipe de Noël Le Graëtqui formule aujourd’hui cette promesse et la tiendra. Je n’en fais pas une question de personne, mais une question de fond.

Si je ne réussis pas cette fois, je recommencerai demainCe qui compte pour moi c’est d’aller au bout de cette nécessaire et impérieuse démarche dans l’intérêt des clubs amateurs, des Ligues et Districts de toute la France et plus loin encore. Et si je ne réussis pas cette fois, je recommencerai demain. Pour être certain que cette mutation soit menée, mon soutien au projet global est subordonné à l’assurance que j’aurai la responsabilité de cette action au sein de l’équipe qui serait choisie par les électeurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.