LA PASSION D’UN COACH ENTRAINANT Johan ROUBAULT

Nous voici avec Johan, un éducateur passionné, ambitieux et travailleur, son parcours de joueur lui a permis de bien connaître le football mais aussi ses joies et ses déceptions. Sa soif de communiquer lui permet de conduire les U17 Nationaux d’un futur très grand club le FC ANNECY en Haute Savoie, qui veut rejoindre la L1.

Du 92 à la Haute Savoie Johan ROUBAULT a beaucoup voyagé
pour apprendre de chaque expérience.

Peux-tu te présenter simplement ?

J’ai 38 ans, en couple, je suis issu de classe moyenne, mes parents et ma sœur m’ont inculqué des valeurs telles que la simplicité, le travail et le partage. Mon père m’a transmis sa passion du football dès le plus jeune âge, j’ai pu développer un esprit de tolérance et d’ouverture. Je suis originaire de Sèvres dans les Hauts de Seine et j’habite Annecy depuis 15 mois.

Je suis titulaire d’un bac ES, d’un BPJEPS APT et d’un BE1 et je passe le DES cette saison.

Ta carrière de joueur ?

J’ai commencé à 4 ans au Sèvres FC 92 puis à Versailles en 13DH et 15 nationaux. J’ai ensuite été formé au centre de formation de la berrichonne de Châteauroux de 16 à 20 ans, des U17 nationaux au groupe pro avec un contrat stagiaire pro. J’ai ensuite évolué principalement au niveau national avec environ 150 matchs entre la CFA et la CFA2 mais j’ai aussi joué au niveau départemental à Sèvres et au niveau régional à l’ACBB, à l’EF Bastia et au Franche comté au FC Champagnole.

Ton arrivée dans le monde des éducateurs ?

Complétement par hasard !!! Ce n’était vraiment pas une vocation. A 23 ans je jouais en Suisse avec encore le rêve de vivre d’une carrière de joueur, un évènement familial m’a ramené dans ma ville natale à Sèvres et c’est dans le club où j’ai commencé à jouer que j’ai aussi commencé à encadrer…

Coaching avec Sèvres à l’âge de 25 ans

Tes premières impressions sur le DES où tu es inscris pour cette année ?

Le CNTFS Clairefontaine en Yvelines

Se former, se remettre en question, analyser son expérience sont des éléments indispensables pour progresser et c’est mon souhait donc je suis ravi d’avoir pu intégrer cette formation. C’est une formation enrichissante où on nous prépare à être un expert que ce soit dans la direction en tant que chef de projet ou dans le pilotage d’un système d’entraînement. Mes premières impressions sont positives que ce soit dans le contenu de la formation mais surtout dans l’échange que l’on peut avoir entre stagiaires.

Quelles sont les différences ressenties entre le foot parisien et celui de la province ?

Chaque région a ses particularités. A mon avis on ne peut pas généraliser la province, comme étant un seul football. J’ai connu 7 régions différentes et elles ont toutes leurs particularités. La région parisienne est l’un des 3 plus gros vivier mondial avec une très grosse densité de population. On y retrouve des bons joueurs à tous les niveaux avec de très fortes individualités. Les matchs sont toujours très disputés avec beaucoup d’intensité.

Quels sont tes principes fondamentaux de conception du foot ?

Si on prend l’histoire du football, on constate une évolution des connaissances et des compétences. Dès le début, sûrement parce que j’étais encore joueur, j’ai voulu présenter aux joueurs des séances dans lesquelles le joueur puisse s’épanouir et prendre du plaisir. Avec ce raisonnement, j’ai toujours intégré le ballon et proposé des formes jouées en évitant la méthode analytique où la technique, la tactique et la partie athlétique sont travaillées de manière séparée. Je suis partisan d’une méthode globale où tous les facteurs de la performance sont en interaction car, par définition, le football est un tout dans un système complexe.

C’est donc mon profil de joueur qui a conditionné ma manière d’enseigner. On se nourrit aussi de nos propres entraîneurs en bien ou en mal. En analysant leur différents comportements et méthodologies on peut répertorier ce qui fonctionne plus ou moins bien.

Mais rien n’est figé, je pense qu’il faut constamment évoluer et être attentif. 

Je suis un idéaliste je reste fidèle à mes principes et mes convictions.

Mon objectif est de mettre en place une philosophie de jeu et de l’imposer à l’adversaire. Je me concentre principalement sur mon équipe. Je suis néanmoins en capacité de m’adapter mais sur des micros-ajustements notamment par rapport aux profils de mes joueurs. 

Ma philosophie est de bien jouer pour gagner en développant un football complet qui puisse répondre efficacement aux différentes actions de jeu. L’équipe doit être supérieure à la somme des individualités qui la composent. L’individu doit être au service du collectif et de l’intérêt général. Cette vision doit permettre de définir un cadre de jeu au sein duquel le joueur peut s’exprimer et s’épanouir. Ma philosophie est de proposer un football offensif avec du caractère et de la personnalité qui procure de bonnes sensations. Le principe est d’agir et de ne pas subir.

Pour mettre en place cette philosophie, je mets en œuvre plusieurs outils tels que le plan de développement du joueur, le projet de jeu, la planification, les séances avec des procédés références, la vidéo, la préparation mentale ou encore le développement des préférences motrices.

Le concept est de toujours améliorer le niveau des joueurs individuellement et collectivement en tant que footballeur. Sans oublier le rôle éducatif et social que l’on a à travers la transmission de valeurs.

Le projet de jeu de ton équipe ?

A travers la mise en place de cette philosophie il me semble important de développer une identité en lien avec les valeurs du club et mes convictions personnelles. J’essaie toujours de mettre en place un projet de jeu ambitieux et proactif. Nous devons être en capacité de s’adapter à notre environnement sans pour autant renier ses principes. Je pense que le projet doit être partagé. 

Educateur, Entraîneur, Coach, Tacticien, Psychologue

Ton cahier de séances, tu es plutôt « papier crayon » ou informatique ?

Mon cahier de séances est informatisé. Mais j’utilise les deux ! Je pense qu’aujourd’hui un éducateur ne peut plus passer à côtés de l’informatique mais j’utilise encore le papier crayon qui me permet de brouillonner et de noter mes idées. 

Quel outil utilises-tu ?

J’utilise MY Coach, imovie pour la vidéo,  le pack office surtout power point et j’ai toujours mon bloc note et mon stylo.

Y- a-t-il des partages avec tes collègues ?  Pourquoi ?

C’est la base et c’est un des aspects que je préfère dans mon métier. Les échanges sont quotidiens forcément avec mon staff mais aussi avec les autres coachs du club que ce soit çà travers nos réunions hebdomadaires ou de façon plus informelle. Même si j’échange avec d’autres coach d’autres structures j’ai toujours le regret de ne pas pouvoir aller visiter et observer d’autres entraîneurs. 

Comment construis-tu ta séance ?

Le questionnement avec des arrêts flash se retrouve dans la situation

Je prends en compte plusieurs éléments mais je pars toujours du match en lien avec mon projet de jeu. L’idée c’est comment on veut animer notre système que ce soit sur le plan offensif ou défensif.

Quel est le procédé que tu préfères ?                         

Si je dois en choisir un je dis la situation car on peut impacter tactiquement ses joueurs et donc son équipe. Rendre le joueur plus intelligent, est un principe qui m’accompagne toujours.

La recherche de conservation du ballon est-elle un risque augmenté de perte du ballon ?

Forcément si on n’a pas le ballon on ne risque pas de le perdre. Si la question est de savoir s’il faut un projet de jeu basé sur le jeu de possession ou sur un jeu de transition j’ai envie de répondre que le football est plurifactoriel. Et c’est justement ce qui fait sa force et sa complexité. Mais on peut s’interroger sur: dans quelle zone conserver ? Comment ? Dans quelles circonstances ? Avec qui ? Quelles sont les caractéristiques des joueurs ?  Pourquoi faire ? Avec quelle réaction à la perte ? 

Travailles-tu spécifiquement les CPA ?

Bien sûr c’est quand même 30% des buts tous niveaux confondus. A noter qu’on n’est pas obligé de le faire sous forme d’exercice. On peut le faire à travers une situation ou sous forme jouée.

Parles-nous de la structure du FC ANNECY chez les Jeunes avec les sections sportives.

Le FC Annecy c’est une SAS qui gère l’équipe fanion de national 1, l’association qui gère les U7 jusqu’à la réserve mais aussi un fonds de dotation « le FCA Social club » qui regroupe toutes nos actions sociales éducatives à travers 5 axes (l’environnement, la citoyenneté, la solidarité, le handicap et l’éducation). 

Concernant nos jeunes ils évoluent au sein de la Bontaz Academy. C’est 5 établissements partenaires et 150 joueurs concernés mais aussi une section lycée féminine sur Annecy. Mais pas que ! Initiée en 2017 par Yves Bontaz et son groupe, la Bontaz Académy est une structure novatrice et fédératrice, déployant, sur 4 pôles (Faucigny, Annecy, Annecy-le-Vieux et le Pays de Gex), un concept de formation visant la réussite du double projet sportif et scolaire des jeunes. Notre club s’appuie donc sur ce partenaire technique pour piloter le développement de nos sections sportives de la 6ème à la Terminale. Ainsi, en plus de leurs 2 séances de club, nos joueurs de U12 à U18 bénéficient de 2 séances hebdomadaires avec des horaires aménagés et d’une action axée sur 3 dimensions : sportive, sociale et éducative, scolaire et professionnelle. http://bontaz-academy.com

La confiance donne aux joueurs une force supplémentaire, comment l’éducateur peut-il la travailler chez le joueur pour l’améliorer ?

Je m’efforce de posséder et développer des qualités de management pour gérer mon groupe de joueurs qui sont avant tout des hommes. J’essaie d’instaurer un climat propice à la confiance, être observateur, pédagogue et à l’écoute. 

Dans un premier temps je pense qu’il faut installer un climat propice à l’apprentissage et au bien être pour que les joueurs mais aussi le staff puisse s’épanouir. Le projet de vie du club, du groupe, prend ainsi tout son sens en donnant à l’activité.

Dans un second temps, je pense qu’il faut prévoir des entretiens individuels réguliers au fil de la saison avec les joueurs pour définir des objectifs et les réguler. 

Dans un 3ème temps, donner du sens à notre action et être positif peut renforcer la confiance.

Dans un dernier temps le fait d’être authentique et dire ce que l’on pense est je pense le meilleur moyen de respecter le joueur pour lui donner la confiance nécessaire.

Opération propreté dans la ville, le PEF est utile.

Arrivé à ANNECY tu entres dans un monde pro, un pas vers le haut niveau, quel est ton plan de carrière, tes objectifs ?

À très court terme, le Diplôme d’État Supérieur d’entraîneur de football peut me permettre de prendre plus de responsabilités.

J’ai l’objectif d’évoluer dans un club professionnel. Le FC Annecy a cette ambition. Vu mon parcours j’ai commencé à encadrer à 23 ans mais j’ai voulu jouer jusqu’à 34 ans. J’ai donc encadré toutes les catégories de jeunes à tous les niveaux. A court ou moyen terme je souhaite entraîner en séniors au niveau national et pourquoi pas si l’opportunité se présente intégrer un staff professionnel. 

A long terme, la direction d’une structure de niveau nationale ou professionnelle peut me permettre de développer une vision à l’échelle d’une structure complète de haut niveau comme je l’ai déjà fait sur une structure de niveau régionale. 

D’ordre plus générale je suis un passionné. Je souhaite me développer personnellement en continuant à vivre de ma vocation dans les meilleures conditions possibles. Le projet est de disposer d’un périmètre d’action qui me permet de m’épanouir et d’avoir des opportunités en lien avec mes ambitions.

PARIS SG avec MESSI tu le crois capable de gagner la Ligue des Champions ?

C’est une compétition difficile à gagner mais je le souhaite pour le football français.

Y a t-t-il une question non posée que tu aurais aimé y répondre ?

On va manger où ? 

Et la réponse serait ?

Une bonne viande !

Merci pour terminer, réponds le plus simplement possible aux questions suivantes :

  • Ta définition du bonheur au football

Des rires et des moments de partage 

  • Le meilleur conseil que tu as reçu. 

Continue à jouer tant que tu peux 

  • Ton bureau idéal. 

Le rectangle vert 

  • Ta devise Meilleur qu’hier et moins bon que demain
  • Une journée de travail réussi, c’est… du plaisir 
  • Ton arme antistress. Le sport
  • Ta plus grande fierté. Mon passage Aix en Provence pendant 4 ans car nous sommes partis d’une feuille blanche et j’ai pu être un élément prépondérant de la construction du club.
  • L’échec qui t’a le plus appris. Quand Châteauroux ne m’a pas gardé, moment très difficile

Les personnes qui t’inspirent.

Je m’inspire de plusieurs entraîneurs qui ont des profils différents. L’école néerlandaise avec le football total représenté par Johan Cruyff Arrigho Sacchi pour son parcours personnel et son 4-4-2 en zone ou encore Marcelo Bielsa, Pep Guardiola et Jurgen Klopp sont forcément des entraîneurs à étudier.

Je suis aussi attentif aux entraîneurs moins connus comme Christian Gourcuff ou Pascal Gastien en France. Zdenek Zeman en Italie surnommé « le prophète » avec son 4-3-3 très offensif ou Gian Piero Gasperini, comment il fait jouer l’Atalanta de Bergame, c’est fabuleux. La vague allemande emmenée par Nagelsmann nous offre aussi des entraîneurs différents qui n’ont pas eu de carrière professionnelle. Cette diversité fait la richesse du football.

J’apprécie les entraîneurs qui ont une vision, une conception du football. De manière générale, j’aime étudier le football et j’essaie aussi d’échanger un maximum avec d’autres éducateurs

  • MESSI ou RONALDO Mon père ou ma mère … Impossible de choisir!!!
  • M’BAPPE ou HAALAND M’Bappe on est français !
  • Pour toi spécialement JOHAN CRUYFF c’est qui ? L’homme qui a inspiré mon père pour choisir le prénom de son fils et un footballeur et entraîneur inspirant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.