Le COACH « MENTOR » et La confiance

Le « MENTOR » est le coach qui avec expérience, PROTEGE et ACCOMPAGNE un joueur en DEVENIR.

La relation qui va s’établir entre le joueur et son coach passe au premier plan.Les valeurs caractéristiques sont la solidarité intergénérationnelle et la réciprocité, chacun s’enrichissant de l’échange avec l’autre. Le Mentor respecte dans tous les cas le principe du management équitable, basé sur l’égalité des personnes et la hiérarchie des fonctions. Il recherche la confrontation des points de vue et non l’affrontement des personnes. Chacun dans ce management doit assumer les responsabilités et devoirs de sa fonction.

Guus HIDDINK le néerlandais fait partie de cette espèce rare d’entraîneurs qui font l’unanimité partout pù ils passent.

  • Salomon KALOU: -« Avec lui tout le monde donne le meilleur. »
  • Mickaël BALLACK:  » Il a un réel charisme et une forte personnalité ».

Le mentor tire le meilleur du groupe parce qu’il est dans l’accueil de la différence. Il connait très bien se sjoueurs et les aide à être autonomes, et à s’impliquer dans leur propre préparation. La confiance étant mutuelle qui évite les interprétations et le prêt de mauvaises intentions à l’autre.

Si la confiance mutuelle est installée, lorsque le coach veut convoquer un joueur celui-ci se dit qu’il a peut être besoin de son avis, il adopte une attitude positive. Si l aconfiance mutuelle n’est pas installée, il se dit naturellement qu’il veut peut être l’engueuler, il adopte une position négative.

GAGNER LA CONFIANCE TRANSPARENCE ET AUTHENTICITE sont les maîtres mots quand il s’agit d egagner la confiance des joueurs. Le mentor ne fait pas de rétention d’ information. Il évite l’évitement, il exclut les non-dits. Il aborde tous les sujets, même les plus tabous.Il sait que le sjoueurs peuvent affronter bien plus de vérités qu’on ne le croit.

Le joueur attend d’un entraîneurde la franchise et de la clarté dans ses propos: il n’y a rien de pire qu’un coach qui voudrait manipuler son groupede joueurs pour conserver son autorité; l’autorité est naturelle lorsqu’on applique le franc parler, avec éducation.

ACCORDER LA CONFIANCE n’est surtout pas le fait de titulariser. Le groupe a besoin de tous les joueurs, titulaires d’un jour ou de toujours, remplaçants d’hier ou d’aujourd’hui, ainsi que d etous les membres de l’effectif. LE mentor manifestera de la confiance à chacun de ses joueurs, en précisant en quoi, pour quoi et pour quand il lui fait confiance.

Ce peut être de la confiance accordée pour effectuer des progrès dans tel secteur de jeu, avec un contrat de progrès clair, précis, planifié et validé par les deux parties. Ce peut être de la confiance accordéepour respecter en compétitionles consignes collectives. Ce peut être de la confiance accordée à un remplaçant du moment pour rester motivé comme jamais. Ce peut être de la confiance accordée à un titulaire pour accepter d’être remplacé en cours de match et encourager son suppléant.

Claude ONESTA le sélectionneur national de Handball, a été depuis sa prise de fonction de solliciter et d’associer les joueurs à certains choix, à les responsabiliser dans le jeu, dans le projet et dans le quotidien du groupe. Il est dificilement envisageable que les joueurs puissent ne pas mettre du coeur à l’ouvrage si certaines séquences ont été concues par eux mêmes. Responsabiliser les joueurs génére plus que la motivation: l’implication.

LE MOTIVE S’OCCUPE, L’IMPLIQUE SE PREOCCUPE.

Les deux points qu’il avait choisis étaient:

  • la confiance accordée pour réfléchir et faire des propositions de nouvelles séquences d’entraînement
  • la confiance accordée pour réfléchir et faire de spropositions de choix de jeu en compétition.

Article tiré du livre de Patrick CHANCEAULME Les entraineurs sont ils entrainés? Collection New PEPS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *