REPARTIR DE DERRIERE

jOUEURS ET BALLON DOIVENT SORTIR ENSEMBLE, COMME UNE VERITABLE COUPLE (Pepp GUARDIOLA)

Sous l’influence du football espagnol et principalement du FC Barcelone de Guardiola, les gardiens cherchent de plus en plus souvent une solution aux abords de leur surface de réparation, voire même à l’intérieur de celle-ci depuis que l changement de la loi 16 les y autorise. Certains n’hésitent pas à parler d e »mode de la relance courte ».

Olivier Dall’Oglio, le coach de Brest a été l’un des premiers à miser sur cette utilisation de relance à partir de derrière. Séduit par ce que pouvait proposer le FC. NANTES (ce n’est plus le cas aujourd’hui NDLR), il a pu expérimenter avec les Jeunes de Dijon, faute d’avoir de bons joueurs de tête dans son équipe devant.

-« On a misé sur une relance courte, et je me sis dégrossi, en même temps que mes joueurs. Une fois à la tête des pros, on a misé sur une philosophie de jeu attrayante, c’était notre manière d’écrire une histoire dans un club émergent. »

Cette relance courte « de derrière » est la première phase de ce que les espagnols appellent « jeu de position ». L’objectif, est de rechercher et de trouver le premier joueur libre derrière la première ligne de pression.

Le sélectionneur argentin du Mexique de 2002 à 2006, Ricardo LA Volpe explique que l allé du dispositif est d’avoir un joueur de plus. C’est la méthode de LAVOLPENIA ou lavolpiennes qui ont beaucoup inspiré Guardiola. La mise en place tactique n’est pas compliquée mais elle demande des convictions, de la patience, des explications aux joueurs pour les convaincre du dispositif puis ensuite du travail tactique d’entraînement et de ne pas avoir peur.

Le positionnement précis des joueurs est important, il faut travailler à vide, même avec des pros, puis réaliser des séances assez longues, où les joueurs sont posés et doivent être réceptifs. Sur une sortie de but chacun doit de placer, avancer ou reculer de un ou deux mètres pour avoir la bonne orientation, le temps et l’espace.

Les latéraux s’ils sont trop haut, dos au but, ou trop bas n’élimineront personne. Il faut donc trouver l’équilibre pour que , sur leur premier contrôle, ils parviennent à éliminer une deuxième ligne ou se retrouve face au jeu avec un temps d’avance. Avec les entraînements, les amicaux, on rectifie petit à petit les positionnements. C’est un long travail… mais fort utile!!!

C’est vraiment un travail d répétition, de haute précision, qui vise à donner des repères, pas seulement à la ligne arrière, mais à toute l’équipe.Les 11 ont un rôle déterminé, certains pour fixer l’adversaire, d’autres pour aller dans l’espace où on va jouer le ballon, explique le technicien brestois.

Pour le Bayern de Guardiola le 6 décroche dans l’axe après que les centraux soient excentrés et les latéraux sont montés.

Le rôle du gardien est essentiel, ce doit être un joueur comme les autres avec un bon jeu au pied, il doit être capable de faire un contrôle orienté, une bonne passoire même un crochet…Ce système peut permettre de jouer à 11 contre 10 car le gardien adverse ne peut participer à la pression et il y a forcément une supériorité numérique à exploiter. Dans un tel système, il faut des joueurs qui sentent le jeu, qui sont habiles avec le ballon et dont la qualité technique va permettre de donner de la vitesse en utilisant un nombre de touches assez limitées favorisant la vitesse du ballon.

Réflexions, travail, et apprentissage, A VOUS DE JOUER MAINTENANT !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.